Le peuple des robots est en marche. Finie l'image de la docile marionnette articulée ! Les machines sophistiquées sont prêtes à se mettre en quatre au service de la clientèle. Un marché 2018 du robot humanoïde dominé par les stars NAO et Pepper, de la société SoftBank Robotics.

On connaît bien les « robots vitrine » dédiés à la promotion et à la démonstration des produits. Ils affichent une image de modernité sur les salons et dans spots publicitaires. Mais tout ça n'aura qu'un temps : « C'est l'aspect ludique, innovant, qui séduit ici et marque les esprits. L'effet nouveauté va s'émousser d'ici quelques années», prédit Guillaume de la Rue, créateur de la société Event Bots. La solution pérenne pour ce professionnel, ce sont les robots qui rendent des services dans l'accueil des visiteurs, l'orientation et le conseils. L'entreprise normande vise d'ailleurs une activité 100 % retail.

 

A votre service !

Aujourd'hui, les robots d'accueil dans les agences bancaires ou immobilières,  robots d'accueil visiteurs en entreprises, robots dans les points de vente où à l'hopital, les robots s'invitent partout pour jouer pleinement leur rôle de service. L'enjeu pour les entreprises qui conçoivent ces compagnons est important  : « Les robots de contact avec le grand public, seuls et fonctionnant de manière autonome, peuvent être très sollicités, touchés, manipulés et de ce fait sont fragilisés. Contrairement aux machines utilisées dans l'évenementiel, où l'environnement est maîtrisé, les robots encadrés ». La solidité des produits est donc essentielle autant que l'ultra-connectivité.

« Le robot est devenu un agent d'accueil qui répond très rapidement à des besoins simples », résume Guillaume de la Rue. Récolter des données liées aux comportements des clients, promouvoir des produits et services, accueillir et orienter sur un salon, intervenir lors de conférences, effectuer de la reconnaissance d'identité et d'écriture, autant de fonctionnalités à la portée du robot humanoïde, grâce à de nombreuses applications et outils de développement. Dans une agence bancaire,  lors d'un rendez-vous, le robot d'accueil de Events-Bots permet de réduire le temps d'attente. Grâce à l'envoi d'un QR Code que le client scanne sur son lecteur ; le robot notifie ainsi l'arrivée du client au conseiller. Dans un hôtel, le client peut être informé de la disponibilité des chambres et la machine lui délivrer une carte d'accès. Les robots mettent-ils en perils l'emploi ? Pas sûr...

 

Créer un robot à vocation sociale...Autonomie et interactions sociales

Désormais, la flotte des robots avance vers une autonomie renforcée et davantage d'interactions sociales : « L'objectif final est de créer un robot à vocation sociale, dont l'interaction soit la même qu'avec un humain. Ce qui est recherché, c'est une interaction avec l'environnement sur un mode extrêmement fluide », explique Nicolas Spatola, chercheur au Laboratoire de Psychologie Sociale et Cognitive de Clermont-Ferrand (LAPSCO). Cela passe par l'adaptation du robot à la physiologie humaine.

 

Pour les beaux yeux des robots...

T'as le look robot... les robots soignent leur apparence. Ils bénéficient d'un design de plus en plus arrondi qui masque l'aspect mécanique. L'habillage de plastique plus malléable, plus léger et moins couteux est plus souvent adopté. Le design, c'est aussi la voix. La voix du robots doit se rapprocher de celle d'un humain. Une attention particulière est portée à la fluidité de la prononciation. Les mensuration sont aussi surveillée. La machine ne doit être ni trop grande, pour ne pas « dépasser » l'homme, ni trop petite, pour être crédible. D'ici 5 à 10 ans, la fluidité des mouvements sera améliorée grâce au développement de la motricité fine. La préhension notamment, qui met en œuvre des systèmes moteurs complexes sera améliorée. Les constructeurs travaillent aussi sur des solutions de cartographie afin de proposer des robots mobiles autonomes. « Les roues limitent les déplacements, notamment pour monter. Il y a une volonté de créer des robots bipèdes, mais la bipédie reste très complexe ». La firme Honda qui avait maitrisé la bipédie chez les robots avec son Asimo, a d'ailleurs annoncé cet été mettre fin à son développement.

Le prochain challenge pour les robots d'accueil c'est la reconnaissance des émotions. Reconnaitre un visage qui sourit, transmettre également des émotions par l'animation du visage, voila les enjeux de demain. Au laboratoire de recherche LAPSCO on l'assure, mécaniquement, c'est possible grâce à de nombreux petits moteurs permettant de reproduire le plissement des yeux ou les mouvements de la joue. Seulement humaniser le robot ne suffit pas il faudra également aider les utilisateurs à dompter la bête. Nicolas Spatola rappelle que tous les usagers n'ont pas la même appétence pour les technologies, tous ne sont pas prêts à l'utilisation des robots».

 

Pourquoi ne pas passer alors par la location ? Il en coûtera quelques centaines d'euros par mois, versus 20 000 euros à l'achat. Facile à vivre, ces hôtes sont branchés sur secteur et se mettent en veille le soir. Le personnel de ménage peut prendre en charge le nettoyage.

Sur un marché mondial du robot androïde de 10 milliards en 2025 (Etude Robot et retail, Roland Berger, 2016) attendons nous à des modèles de plus en plus perfectionnés, notamment en provenance du Japon. Quant au robot à l'aspect véritablement humain, on nous le promet dans une bonne centaine d'années !

Combien coûte un robot ?

Compter environ 20 000 euros à l'achat, hors maintenance. La location d'un robot d'accueil peut-être une option intéressante pour un loyer mensuel d'une centaine d'euros et des contrats à l'année. Le marché du robot devrait atteindre 10 milliards d'euros en 2025 selon Robot et retail (2016). Les coûts devraient baisser progressivement notamment avec des modèles produits au Japon, le pays le plus actif en la matière.

 

 

Céline Volpatti

Leave a comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.