Accueil des victimes

Sur le vif...

Il existe un observatoire qui nous renseigne sur l'état des prisons. Pour l'état des commissariats,  et l'accueil des vitimes, peu de littérature. Il y a 4 ans, une enquête du ministère de l'interieur faisait un point sur l'accueil dans les commissariats. C'est peu dire qu'il y a encore du boulot.

Sur le vif...Ma voiture a été vandalisée. J'ai dû me rendre au commissariat de ma ville. Lorsque vous arrivez, la porte est fermée.Il faut se présenter et dire le motif de sa visite en parlant dans l'interphone. Comme la rue est très passante et bruyante, vous devez parler fort et partager la conversation avec les passants. J'imagine une personne victime d'une agression.

- la voix dans l'interphone : "oui, c'est pourquoi ?"
- la victime hurlant pour être entendu : "j'ai été violé par un des individus, je souhaite déposer plainte"

Faut-il s'étonner dans ces conditions que des milliers de victimes ne déposent pas plainte.

Le droit des prisonniers, oui. Mais le droit à un accueil digne pour les victimes aussi. Or l'étude parue en septembre sur la qualité de l'accueil dans les services publics montre que celle-ci s'améliore partout sauf... sauf... dans les tribunaux. Les tribunaux de grande instance reçoivent un carton jaune avec un 6,2, et une appréciation en baisse (6,6 l’an dernier).
Vous n'en aviez pas entendu parler. Par contre vous avez entendu parler de la honte qu'il y a à avoir des prisons dans un état aussi délabré. Je dis ma honte à avoir un accueil aussi humiliant dans des services sensés accueillir des victimes. C'est une double peine.

 

Debrief à vif... ce que l'on pourrait faire
Supprimer l'interphone et venir ouvrir la porte.Plus de proximité, plus d'humanité.

 

S. Hamza

Leave a comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.