Stéphane Beaudet, Vice-Président du Stif en charge des transports nous parle de l'accueil dans les gares.

 

Le Stif, devenu Ile de France Mobilités, est bien connu des franciliens comme acteur majeur des transports en Ile de France. Lors de la séance du 30 mai dernier, le syndicat a adopté une délibération très importante pour la qualité de service dans les gares. Cette délibération révèle un changement de paradigme. « Nous sommes passés de l'ère où les gares étaient conçues pour accueillir des trains, aux gares pensées pour accueillir le voyageur » a affirmé Stéphane Beaudet, Vice-Président de la région IDF en charge des transports dans l'interview qu'il nous a accordée.

 

Accueil et transport, comment pensez-vous les deux notions, comment les associez-vous ?

C'est une association d'évidence. La qualité du transport commence dès l'accueil en gare. La gare ne doit pas être un lieu où on stock des personnes qui attendent le train ou le bus. Regardez les gares routières. Ça été longtemps des espaces à l'écart, des quais étroits parfois mal éclairés sur lesquels les voyageurs devaient s'agglutiner comme ils pouvaient. Le plus important était que le bus arrive. Nous sortons de cela. Nous accordons une grande attention au confort de circulation des publics, à la qualité de l'information, aux commodités car en réalité le voyage commence déjà en gare.

[ndlr Des études faites auprès du public révèlent que les trois items les plus demandés par les voyageurs sont :  des assises confortables à l’abri (58%),  la présence de toilettes (40%),  le wifi (29%). Dans la délibération du 30 mai le Stif a missionné la Sncf pour le déploiement des toilettes en gare et la création d'espaces d'attente connectés. Le plan prévoit l'installation de sanitaires dans 150 gares prioritaires. L'un des critères de priorité étant le temps d'attente moyen entre deux trains.]

 

Quels sont selon vous, les services que les franciliens devraient trouver dans une gare?

Pour répondre à la question, il faut regarder la gare et tout ce qui se passe autour, car l'usager est devenu multimodal. Il arrive en voiture, à vélo ou en trottinette, pas seulement par le bus. Arrivé à destination, il prendra un covoiturage ou un autre moyen. Penser la gare de demain c'est faciliter cette multimodalité du voyageur. Il faut des abords qui prennent en compte ce phénomène. Puis, la gare n'est pas qu'un lieu de passage que l'on traverse entre deux trains. C'est un lieu de vie où on doit trouver des commerces variés, des installations et des équipements qui permettent de patienter de façon ludique (les pianos par exemple) ou de façon studieuse. La région a prévu un plan ambitieux de près de 10 millions d'euros [ ndlr 9 488 000 € HT jusqu'en 2020] pour déployer des espaces d’attente connectés dans 150 gares. Cela commencera par une 1ère tranche de 70 gares choisies selon trois critères :  les gares équipées de wifi,  la faisabilité technique rapide,  la massification des travaux avec d’autres opérations pour faire des économies. Une seconde convention sera proposée et portera sur 80 gares.

 

Le Stif a-t-il des attentes du point de la qualité de service délivrée par le personnel en gare ?

La gestion opérationnelle des effectifs est du ressort des entreprises (Ratp ou Sncf). Il ne m'appartient pas de donner des consignes aux personnels en la matière. Mais nous attendons évidement courtoisie, disponibilité afin que l'expérience usager lors des déplacements reste agréable. La compréhension des usagers en dépit des désagréments aidera aussi pour faire des gares de vrais espace de vie et de convivialité.

 

Constant LEKIBY

Leave a comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.