Accueil client Louvre

Le Louvre, sous la pyramide, le visiteur. Le célèbre musée parisien s'offre un lifting qui pour une fois ne concernera pas (pas encore) les salles d'expositions, ni les œuvres, mais l'accueil du public. Un chantier ambitieux estimé à 53,5 millions d'euros qui s'étendra sur près de 4 ans.

 

  • Un chantier inutile ?

Pourquoi ouvrir ce chantier pharaonique sous la pyramide alors que 98 % des visiteurs du musée se disent satisfaits de l'accueil ? Sûrement parce que contrairement à la mode « concertationniste » qui veut que l'on n'agisse qu'à la demande des utilisateurs, la direction du musée s'en est remis à son expertise de professionnel pour établir des constats : espaces d'accueil exigus, files d'attente de plus en plus longues, difficultés de repérage, sous-dimensionnement des vestiaires et de la bagagerie, toilettes en nombre insuffisant, nuisances sonores... il fallait agir. Preuve qu'en matière d'accueil, le client est rarement novateur. Le musée est un lieu de médiation culturelle. On y vient pour voir les chefs d’œuvre (55 % des visiteurs) ; les conditions d'accueil peuvent relever de l'accessoire. Il serait pourtant imprudent pour un professionnel d'oublier que la visite commence déjà à l'accueil, avant l'accès aux œuvres à proprement parler. Nous le répétons assez ici sur acommeaccueil.fr, l'accueil est à la fois lieu et instant de rencontre. En tant que lieu c'est le seuil, le point d'entrée où s'établit la rencontre entre le visiteur et l'organisme accueillant. C'est en même temps le moment où s'exprime d'un coté l'agréable soulagement d'être enfin arrivée et de l'autre le plaisir d'accueillir. Le quel plaisir se reconnaît par la capacité à montrer que l'on a travaillé, que l'on s'est préparé à cette venue afin de produire la « wow effect », ou l'effet d'émerveillement absolu. Après les travaux, c'est une nouvelle expérience whaouh ! que Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre souhaite offrir à ses 10 millions de visiteurs.

 

  • Ce qui change

L'un des objectifs majeurs de ce projet est la fluidification des trafics par la réduction des temps d'attente. C'est pourquoi le dispositif actuel d’entrée et de sortie sera doublé et l'installation en « algéco » sera supprimé et remplacé en sortie des escalators existants par un auvent « immatériel » en inox. Les passants auront ainsi la possibilité de voir l’intérieur du musée par la grande fenêtre donnant sur la cour Marly. Un premier accès par le regard en quelque sorte.
En terme d'aménagement de l'espace, la grande nouveauté c'est la suppression de l'accueil central et son remplacement par des accueils en îlots. Une idée à explorer pour d'autres lieux d'accueil. En effet l'accueil central en cercle place les agents au milieu de la foule et supprime tout sens de circulation logique. Les visiteurs arrivent en face ou par derrière. Le travail du personnel est moins aisé.
Un effort particulier sera fait sur la signalétique pour faciliter l'orientation du public. Les intentions disent un accueil réellement pensé.

Leave a comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.